Education Permanente

Lectures estivales

1 juillet 2019


Enquêter et apprendre au travail
Joris Thievenaz
Raison et passion, juin 2019, 348 p.

En se référant à la philosophie de l’expérience de John Dewey, particulièrement au concept d’enquête, cet ouvrage propose des pistes pour rendre compte des conditions dans lesquelles l’individu développe ses capacités de pensée et d’action. A partir de nombreuses études de terrain, l’auteur montre comment le traitement des matériaux de recherche peut s’effectuer dans une double perspective scientifique et praxéologique. Ce livre s’adresse à tous ceux qui sont concernés par la question des apprentissages par l’activité.


Les formateurs au travail
C. Delgoulet et al. (dir. publ.).
Octarès, mai 2019, 250 p.

La première partie de l’ouvrage considère les formateurs en tant que travailleurs aux prises avec les transformations sociotechniques de leur propre travail et de celui des populations qu’ils accueillent en formation. La seconde partie se consacre à repérer les enjeux, la place et les usages de la formation, et la manière dont les modèles de l’intervention cadrent avec les pratiques de formation développées par les ergonomes.



Psychologies pour la formation.
Philippe Carré, Patrick Mayen (dir. publ.).
Dunod, juin 2019, 260 p

Introduction à l’œuvre de douze grands auteurs de la psychologie francophone et anglophone, l’ouvrage présente les principaux concepts de leurs constructions théoriques et une analyse de leur actualité. Chaque chapitre est rédigé dans une visée d’usage pour les pratiques de formation : aperçu biographique de l’auteur et contexte de son œuvre ; présentation de la construction théorique et des concepts-clés ; critiques, succession et actualité de la pensée de l’auteur ; inspirations, implications et importance pour les pratiques de formation.


S'engager pour accompagner
Mireille Cifali
PUF, décembre 2018, 384 p.

Qu’il s’agisse de former ou de se former, la part de l’engagement est essentielle : prendre des risques, se maintenir dans un processus de création... Pour accompagner et parfois résister, un engagement dans le savoir est-il souhaitable ? Etre concerné par le savoir transmis ? Attentif à l’autre à qui l’on s’adresse ? Mireille Cifali répond à ces questions par l’affirmative. Pour un formateur, se dessine alors l’articulation entre théories et pratiques, ainsi que la place réservée à un travail éthique. L'auteure s’appuie sur son expérience de clinicienne de la formation pour transmettre les valeurs à l’origine de dispositifs où se former est un surcroît d’être autant que de savoir.


Le désir d'apprendre
Etienne Bourgeois
PUF, décembre 2018, 336 p.

La finalité de la formation devrait être non pas de « faire apprendre » mais de donner à la personne qui apprend les moyens de s’approprier les savoirs afin de devenir sujet : un sujet inscrit dans une culture et une histoire, qui se construit dans sa relation à autrui, qui est capable de désirer, penser, parler et agir. Si former à faire apprendre n’est pas une mince affaire, que dire alors de former dans la perspective de faire de l’apprenant un sujet ? Comment émanciper celui qui apprend ? En s’appuyant sur de nombreux exemples tirés de la formation des adultes, cet ouvrage offre des clés pour mieux comprendre par quel processus et à quelles conditions l’apprentissage peut mener à la subjectivation.